Marketing

La marque artisan · introduction aux concepts

Article de blogue

Partager

Professeur agrégé à HEC Montréal, Pierre Balloffet est un passionné du domaine de la gestion. Intéressé d’abord et avant tout par tout ce qui touche les marques, il en a fait son domaine premier de recherche et d’enseignement. Aujourd’hui responsable du DESS en communication marketing de HEC Montréal, il s’intéresse depuis quelques années à la « marque artisan ».

La rencontre entre Pierre et les artisans s’est teintée d’apprentissages sur la construction d’une marque, marqués d’efforts par l’expert pour réconcilier les entrepreneurs avec certaines pratiques de communication.

« Dans un monde devenu transparent, la marque ne peut plus être un masque, vous donnant une apparence autant qu’il vous dissimule. Cette transparence est un facteur disruptif majeur pour les marques commerciales classiques. De par la nature même de leur marque, les artisans ont une grande chance de pouvoir concilier présence, promotion et authenticité. Avec les coûts d’accès à leurs audiences qui sont aujourd’hui à leur plus bas, les artisans doivent tout de même garder en tête la question clé : celle de la valeur intrinsèque de leur contenu. L’importance de rester fidèle à eux-mêmes et sincères est centrale dans la réflexion des artisans sur les contenus à diffuser et sur leur marque. »

Selon l’expert, pour définir et construire sa marque artisan, il y a trois éléments importants dont il faut tenir compte :

  1. Déterminer son credo de marque : « Le credo de marque, c’est sa raison d’être. Connaître notre raison d’être est central dans la construction d’une marque. Pour pouvoir bien la communiquer et être authentique, il faut d’abord et avant tout réfléchir à ce qui fait notre proposition d’artisan. »
  2. Définir son incarnation : « Après avoir défini notre credo de marque, il faut se poser la question : Comment mon credo peut-il transparaître avec autant d’évidence que possible dans chacune de mes présence et tout ce qui est signé par ma marque? Ce sont les manifestations même de ce que nous faisons, autant les objets que les communications en ligne ou hors ligne. »
  3. Comprendre à qui on s’adresse : « Il est d’une grande importance de savoir à quelle communauté on se lie. En comprenant à qui nous nous adressons, on s’assure d’engager l’audience et même d’en faire un instrument de propagation de notre travail artisanal. »

L’authenticité est au cœur de toutes ces étapes et ces questions, qui doivent se retrouver au coeur de la réflexion de marque des entrepreneurs.

En tant que professeur, Pierre exerce un métier qui lui permet de faire profiter de son expertise à des groupes d’étudiants. Au Quartier artisan, il transmet son savoir, ses trucs et ses expériences, mais en retire tout autant. Il y rencontre ce qu’il qualifie de femmes et hommes, qui ont des modes de compréhension et de construction du monde « plus sensibles et plus incarnés ». Devant ces différentes façons de voir le monde et de travailler, Pierre ressort grandement inspiré.

« Je crois que ce que j’apprécie le plus du principe de l’Accélérateur, c’est la possibilité de questionnement, de rencontres, d’erreurs, de reprises. J’y retrouve le cœur de mon métier. Apprendre ensemble impose une certaine générosité. Il est rare de retrouver autant de personnes qui s’épaulent, qui s’entraident, qui cheminement ensemble que dans ce truc un peu improbable dans un lieu qui l’est tout autant : un Quartier artisan, premier Accélérateur pour les métiers d’art au Québec, à Lac-Mégantic ! »

· Compte-rendu par Émilie Giguère ·

Lors de la dernière Grande rencontre des artisans entrepreneurs, Pierre a eu le bonheur d’animer un panel de discussion sur son sujet de prédilection. C’est à travers l’étude de cas de trois entreprises québécoises affichant un branding fort et évocateur qu’il a illustré la pertinence de bien réfléchir à son image de marque. Kim B. Deland de Lithologie, Alexandre Laurin de Poches & Fils ainsi que Tamara Bavdek de This Ilk · Jewelry ont fait preuve de grande générosité dans leurs témoignages.

Aidez-nous à améliorer le contenu

Article de blogue

Conversations de ventes

Poursuivre ma lecture